L’internationalisation constitue une priorité car elle représente un fort levier de croissance et de rayonnement quand elle se conjugue avec l’ancrage territorial.
 
 
Liens Internet :

Témoignages :

« Forte de son histoire et de son positionnement affirmé à la croisée des réseaux, l’ACB est aujourd’hui clairement un point d’appui et d’ancrage pour les entreprises bretonnes. Paris n’est pas seulement le sixième département breton (après la Loire-Atlantique). Paris est et restera toujours une place internationale de premier choix pour projeter les entreprises bretonnes. L’ACB y a joué un rôle important ces dernières années et ne pourra que poursuivre cette belle ambition en conjuguant ses forces avec les grands projets bretons d’aujourd’hui. »

 
Loïc Hénaff, directeur général du groupe Hénaff

 
« L’Association des cadres bretons fête cette année ses 50 ans d’existence et est aujourd’hui un formidable réseau d’expertise et de compétences. À l’origine, elle était composée essentiellement d’ingénieurs et de cadres bretons, implantés dans la région parisienne, qui souhaitaient participer au renouveau de la Bretagne, proposer au gouvernement des mesures concrètes de décentralisation, apporter aux organismes consulaires bretons et aux autorités locales, leurs relations, leurs expériences, leurs connaissances des marchés étrangers.
 
Avec le temps, ce mouvement de coopération s’est progressivement amplifié pour associer les cadres bretons de l’ensemble des départements français et de l’étranger. Il s’est diversifié en intéressant des personnalités de toutes les professions pouvant contribuer au développement de la Bretagne : médecins, avocats, juristes, économistes, écrivains et peintres… L’Association agit désormais comme un relais de communication et d’échanges en mettant en relation les entrepreneurs entre eux. L’ACB dispose aujourd’hui d’une expertise dans la plupart des secteurs de l’économie qui bénéficie aux Bretons comme aux autres.
 
Le développement de la Bretagne mérite d’être soutenu, l’Association des Cadres Bretons aussi. »
 
Jean-Guy Le Floch, président du groupe Armor Lux
 

 
21 Janvier 2022
 

Exposition exceptionnelle Justino Serralta

 

En mai 2022, à l'Hôtel Pasteur à Rennes

 

Qui est Justino Serralta
Serralta (1919-2011), architecte franco-uruguayen, a été collaborateur de Le Corbusier (1948-fin 1950) sur Marseille (Cité Radieuse) et Rezé (Maison Radieuse). Il a aussi contribué d'une manière importante aux tracés du livre Modulor... De retour en Uruguay, il a fondé l'agence Serralta-Clémot à Montevideo, active sur tout le pays.
Professeur, directeur de projets pendant plusieurs années dans les différentes promotions d'étudiants à la Faculté d'Architecture, il devient directeur d'ateliers et de la conception architecturale à la faculté d'architecture de Montevideo, puis sous-directeur de l'Institut National d'Urbanisme, vice-recteur de l'Université de la capitale et assume de nombreuses commandes pour l'État.
L'irruption d'une junte militaire le contraint à se replier en France, patrie de son épouse. C'est l'architecte Georges Candilis qui propose son nom pour l'École d'Architecture de Saint- Etienne en 1974, début d'une carrière qui se poursuivra ensuite à L'École Nationale Supérieure d'Architecture de Bretagne à Rennes (1976-1986). Il s'établit à Jullouville et termine sa carrière à Rennes où, en complément de son enseignement, il réinterroge l'architecture moderne, et commence une activité de plasticien (des centaines d'œuvres), dont l'Unitor, qui figure au fond permanent du Musée d'Art Moderne (MoMA) de New York.


L'exposition : 2 au 16 mai 2022 à l'Hôtel Pasteur et à l'Ecole d'Architecture de Bretagne.
Il s'agit d'une exposition internationale réalisée en collaboration avec l'institut d'histoire de l'architecture de l'université de la République d'Uruguay (Montevideo), l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Bretagne (ENSBA, Rennes), la Fondation Le Corbusier et l'Association Unitor Serralta (France) qui présentera au grand public les diverses facettes de cet architecte et artiste dont le parcours de vie l'a fait voyager entre l'Amérique latine et la France.

Ainsi, pour la premiere fois, l exposition présentera ses œuvres produites sur les deux continents et couvrira les trois volets des œuvres de Serralta. D'abord, sa production architecturale, celle qu'il a développée en France dans le cadre de l'atelier Le Corbusier et celle qu'il a conçue dans l'agence Serralta-Clémot à Montevideo (en Uruguay). Ensuite, son œuvre plastique de peintre et sculpteur plus tardive -une partie récapitule ses conceptions d'architecte ; Le Corbusier l'avait encouragé, lui décernant un « diplôme de bon plasticien » et lui
commandant des dessins comme la couverture d'une de ses revues (Formes et vie). Enfin, l'exposition présentera aussi son activité d'enseignant.