Conquête, innovation et bienveillance...

Provoquer les rencontres, accélérer les décisions, améliorer la connaissance, tels sont les enjeux opérationnels et philosophiques du réseau des Conquérants Bretons qui réunit sous la bannière noire et blanche ceux font avancer leur région, contribuent à son développement et donnent une chance à nos enfants de pouvoir s’y épanouir. 

Factuellement, le réseau ACB  est un réseau ouvert aux Breton-ne-s d’origine et de cœur au service du développement économique et social de la Bretagne et de son rayonnement, tant en France qu’à l’étranger.

Nous constituons un réseau de chefs d’entreprises, de cadres dirigeants et fonctions libérales des secteurs privé et public qui mobilisent leurs énergies, leurs savoir-faire et leurs réseaux nationaux et internationaux pour penser et soutenir l’économie bretonne de demain. C’est dans cet état d’esprit que nous accompagnons ces porteurs de projets et entreprises. Nous marchons sur les pas du CELIB qui, dans les années 60, a permis à notre région de prendre les bonnes décisions. 
 
Chaque mois les « ateliers des Conquérants Bretons » permettent de s’instruire, de partager, de se rencontrer autour d’un expert qui ouvre son savoir et son expérience aux membres du réseau. Chaque année (en novembre), Les « TROPHEES DES CONQUERANTS BRETONS » viennent révéler et récompenser nos pépites bretonnes qui font bouger les lignes autour de thèmes comme l'Entrepreneuriat au Féminin, l'Innovation Maritime, l'Habitat et Bien-être et la Génération y. Cette génération Y  que nous accueillons  avec bienveillance pour que nos jeunes bretons en étude ou en début de carrière trouvent à l’ACB une épaule solide pour constituer leur premier réseau, accélérateur de contacts. 
 
Nous sommes aussi attentifs aux enjeux environnementaux de notre région. Nous vivons dans la plus belle région du monde et notre devoir est de la défendre et de la protéger. Pour cela nous revendiquons une attitude conquérante, innovante et bienveillante. 
L’économie oui, mais seulement si elle est cohérente avec le respect de tous.

 
Gaël Patout,
Président ACB Conquérants Bretons

 
Accueil -
21 Septembre 2018
 

A la rencontre des bretons de Taiwan

 

Taïwan compte, avec la Corée du Sud, Hong-Kong et Singapour, parmi les quatre “dragons asiatiques” qui se sont industrialisés de façon accélérée  et ont connu une croissance économique spectaculaire dans les technologies de l’information et de la communication, qui représentent 43% de ses exportations.

4e producteur mondial d’électronique, Taiwan souhaite se projeter davantage dans les industries créatives et culturelles de demain.
 
En quête d'identité culturelle et politique, un mouvement important de protestation de la jeunesse taïwanaise et de la société civile a récemment exprimé plus d’indépendance vis-à-vis de la Chine continentale (mouvement dit des tournesols). Les élections législatives et présidentielle de 2016 ont ainsi porté au pouvoir le parti d’opposition, le Parti démocratique progressiste (DPP), et la présidente Tsai Ing-wen. Contrairement à ses prédécesseurs, celle-ci défend une position plus dure et refuse d’adhérer au « consensus de 1992 » qui régit les relations entre les deux rives du détroit de Formose et reconnaît le principe « d’une seule Chine ».

En affirmant sa résilience, Taiwan se veut une île qui s'impose au cœur des transformations mondiales. Branchées aux réseaux sociaux, les élites insulaires ont compris  combien la question de l’identité taïwanaise était fondamentale et à la source des mou­vements civiques qui essaiment ­depuis la fin des années 2000.
 
La région Bretagne a audacieusement contribué au questionnement de l'âme et de l'identité chinoises, en contribuant à la réhabilitation du patrimoine de Qufu, ville natale de Confucius, en partenariat avec les villes de Rennes et de Saint-Jacques de Compostelle, ainsi que l'Union européenne.
 
Sur un plan historique, le gouvernement de la République de Chine est en effet arrivé à Taiwan en 1949 avec le 77e descendant en ligne directe de Confucius, Kung Teh-cheng (Kong Decheng). Ce dernier est décédé en 2008, mais il a eu deux fils. Si le premier des deux, Kung Wei-yi, est lui aussi décédé, il a laissé un fils, Kung Chui-chang et un petit fils, Kung You-jen, toujours vivants. La descendance de Confucius en ligne directe est donc assurée à Taiwan.

A ce titre, l'ACB se propose d'identifier de nouvelles opportunités d'échanges autour de la mémoire du Grand Sage, en associant des acteurs taiwanais dans le domaine des industries culturelles et créatives.
 
Les idées du monde de demain vous passionnent ? Jouez un rôle actif en suscitant une impulsion de plus à la créativité entre Orient et Occident.

Rencontrez un représentant de l'ACB en déplacement à Taipei dans le courant du mois d'octobre prochain, en prenant contact : kevin-lognone@cadres-bretons.org