L'innovation économique, sociale et culturelle fait la force de la Bretagne et lui offre des perspectives très stimulantes pour la création de richesses et d'emplois non-délocalisables.
 

Liens Internet :
Témoignages :
 
« Forte de son histoire et de son positionnement affirmé à la croisée des réseaux, l’ACB est aujourd’hui clairement un point d’appui et d’ancrage pour les entreprises bretonnes. Paris n’est pas seulement le sixième département breton (après la Loire-Atlantique). Paris est et restera toujours une place internationale de premier choix pour projeter les entreprises bretonnes. L’ACB y a joué un rôle important ces dernières années et ne pourra que poursuivre cette belle ambition en conjuguant ses forces avec les grands projets bretons d’aujourd’hui. »
 
Loïc Hénaff, directeur général du groupe Hénaff

 
« L’Association des cadres bretons fête cette année ses 50 ans d’existence et est aujourd’hui un formidable réseau d’expertise et de compétences. À l’origine, elle était composée essentiellement d’ingénieurs et de cadres bretons, implantés dans la région parisienne, qui souhaitaient participer au renouveau de la Bretagne, proposer au gouvernement des mesures concrètes de décentralisation, apporter aux organismes consulaires bretons et aux autorités locales, leurs relations, leurs expériences, leurs connaissances des marchés étrangers.
 
Avec le temps, ce mouvement de coopération s’est progressivement amplifié pour associer les cadres bretons de l’ensemble des départements français et de l’étranger. Il s’est diversifié en intéressant des personnalités de toutes les professions pouvant contribuer au développement de la Bretagne : médecins, avocats, juristes, économistes, écrivains et peintres… L’Association agit désormais comme un relais de communication et d’échanges en mettant en relation les entrepreneurs entre eux. L’ACB dispose aujourd’hui d’une expertise dans la plupart des secteurs de l’économie qui bénéficie aux Bretons comme aux autres.
 
Le développement de la Bretagne mérite d’être soutenu, l’Association des Cadres Bretons aussi. »
 
Jean-Guy Le Floch, président du groupe Armor Lux
 

 
01 Décembre 2014
 

Entreprendre : A l'Ouest, on innove

 

un article de Catherine Magueur dans Le Télégramme du 26/11

 

http://www.letelegramme.fr/economie/entreprendre-a-l-ouest-on-innove-26-11-2014-10438378.php#

Ils sont jeunes. Ils ont du talent et, pour la plupart, moins de 40 ans. Ce sont des Bretons qui innovent, qui inventent la Bretagne de demain. L'Association des cadres bretons a repéré ces nouveaux conquérants qui vont compter en 2015. En Bretagne, il y a des entrepreneurs, des capitaines d'industrie que tout le monde connaît. Il y a d'autres entrepreneurs que l'on connaît moins, ou pas.
L'Association des cadres bretons a mis en place la commission Kavadeen - « découvertes » en breton - qui a élaboré quatre livres blancs sur l'innovation, pour « faire avancer les idées neuves ». Avec la bénédiction de « sages », comme Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, ex-président de la Région, Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries, de Renaud Sassi, fondateur de ZeBank, Pierre Gattaz, président du Medef. Ils regardent grandir et donnent leur caution à cette Bretagne qui bouge.
Du numérique, en passant par les rillettes de thon ou les sous-vêtements, à l'Ouest, on innove.

1. Marianne Guyader (Groix et Nature) : « Une aventure au long cours ». Elle est responsable export de la dernière conserverie basée sur l'Île de Groix. Une petite équipe spécialiste de rillettes à base de thon, de saumon, de coquilles Saint-Jacques et même d'ormeaux. Son huile de homard fait un tabac à travers le monde. Aujourd'hui, Groix et Nature compte 400 points de vente. L'outil de production doit évoluer et l'entreprise construit un nouveau bâtiment. Le développement à l'international est plus que jamais un cap. Pendant ce temps, sur l'île, on invente de nouvelles recettes.

2. Guillaume Rolland (SensorWake) : « Sous l'oeil de Google ». Ce jeune inventeur a fait sa révolution... dans le monde du réveil. Oubliées ces alarmes qui vous déchirent l'oreille au petit matin. Guillaume Rolland a élaboré un réveil olfactif, baptisé SensorWake. Facile. Vous insérez une petite capsule à l'arrière du réveil, qui, à l'heure de votre choix, se diffuse dans votre chambrette et vous assure un réveil en délicatesse, en moins d'une minute. De quoi se lever du bon pied. Même le géant Google s'y intéresse ! Guillaume Rolland a lancé une campagne de financement participatif pour proposer son SensorWake avant les fêtes sur www.sensorwake.com. Son objectif 2015 ? Lever des fonds pour distribuer son réveil à plus grande échelle.

3. Nicolas et Marion Velez De La Calle (Antivol). « Ethic People ». Basée à Brest, l'entreprise a créé une gamme de sous-vêtements et de tee-shirts avec des modèles décalés, qui « chahutent les codes ». Le tout imprimé en haute définition. Antivol garantit la production éthique de sa production : les usines sélectionnées en Amérique du Sud travaillent de façon responsable, dans le respect du droit social. 2014 aura vu la refonte du site www.antivol.com, la mise en place d'une nouvelle stratégie de commercialisation dans le cadre de la vente directe. Antivol va innover encore en créant ses collections en fonction des grands événements sportifs.

4. Olivier Méril (Mediaveille). « Tsunami numérique ». Il a créé, en 2009, dans son fief rennais, une société spécialisée en veille numérique, référencement et webmarketing pour les entreprises ou les institutions. Une croissance exceptionnelle pour Mediaveille, tant en chiffre d'affaires (+ 620 % entre 2009 et 2013) que d'effectif (de 10 à bientôt 40 salariés). Pour 2015, les projets abondent avec notamment des prises de participation dans des start-up. Autre projet auquel tient particulièrement Olivier Méril : le lancement de son propre accélérateur MV Cube, destiné à accompagner gratuitement de jeunes entreprises.